Home / Etre maman / Se décider à devenir mère et découvrir son corps

Se décider à devenir mère et découvrir son corps

J’avoue ne pas avoir forcément fait les choses comme il le fallait. Maintenant que je me balade sur les blogs grossesses et mamans, je me rends compte que beaucoup d’entre elles ont eu un rendez-vous avec leur gynécologue ou leur généraliste avant de se lancer, pour faire le point, vérifier leurs vaccins etc. Pas moi ! Ma plaquette terminée et mes règles également, je n’ai tout simplement pas repris la pilule contraceptive.

C’était en octobre 2014. Décision très réfléchie et prise avec mon homme, même si la peur de me lancer était toujours là en moi.

J’en parle ici (sur mon autre blog), de cet arrêt de pilule et de l’étonnement que ça a produit chez moi. Ce corps soudainement tout nouveau pour moi ! D’un seul coup. Je l’ai découvert, douloureusement ! Le premier mois sans pilule a été littéralement une catastrophe ! J’étais tellement malade, j’avais tellement de symptômes de grossesse, que je suis finalement allée voir mon généraliste qui m’a donné un gros bilan sanguin à faire. Non, pas déjà enceinte, mais le corps en bataille par les hormones. Nausées atroces, vertiges, très gros maux de ventre et aux ovaires, seins hypers sensibles, cet état a duré des mois ! De quoi me faire presque regretter cet arrêt, puis finalement, mon corps et mes sensations se sont stabilisés, ont évolué et tout est devenu positif : un meilleur odorat, des seins plus beaux et plus réactifs, migraines volatilisées…

piluleocntraceptive

J’ai quand même mis du temps à trouver le positif et à voir arriver les bons changements, j’ai donc un peu paniqué. Si j’étais dans un tel état pour un simple arrêt de pilule, qu’allait donner une grossesse ? Nouvelles inquiétudes bonjour !

Mais ce n’était que le sevrage de ces 17 ans de pilule contraceptive que j’avais fait subir à mon corps, seulement un sevrage… Situation qui fait pas mal réfléchir !

Finalement, je me suis trouvée une gynécologue/obstétricienne pas très loin de chez moi (oui oui, je n’avais pas pris de rdv depuis mon arrivée en Belgique donc depuis quelques années…) et me suis décidée à aller la voir. Il était temps de faire un petit bilan !

Bilan ok, tout allait bien pour elle malgré mes douleurs. « Ce n’est rien, vous avez un corps très sensible. » Youpi, quel chance ! (Ou pas…)

J’y suis retournée quelques mois plus tard assez paniquée. J’avais des douleurs toujours plus fortes aux ovaires, des règles de plus en plus espacées et des pertes que je ne comprenais pas (sympa d’être une femme, mais si !) Panique inutile et naïve, mais que voulez-vous ? J’avais encore du mal à me familiariser avec tout ça. La gentille gynéco, très patiente, m’a fait une échographie pour vérifier ce qui se passait là-dedans. Résultat : moi qui pensait avoir ovulée et avoir bientôt mes règles, je n’étais qu’en pré-ovulation ! En fait, les douleurs ressenties étaient celles du follicule qui se détachait des autres. Corps sensible vous avez dit ? Non, hyper sensible ! Bilan : mes cycles commençaient à trouver leur bonne longueur et à se stabiliser à… 42 jours ! 42 jours contre une moyenne de 28 jours chez la moyenne des femmes. Donc forcément, j’ovule moins souvent statistiquement parlant que ces dernières. J’ai eu droit à un « Il va falloir être très patiente.  » à la fin de mon rendez-vous.

futuremaman

Voilà, ça c’était fait. Je suis ressortie du cabinet toute chamboulée. Non, je n’étais pas pressée de devenir mère, toujours pas, mais d’un seul coup, c’était comme si on me disait que de toute façon, c’était pas pour demain la veille ! Comme si je n’en étais pas capable. Je me suis sentie nul, anormale. C’était idiot, mais c’est bien ce que j’ai ressenti.

J’ai donc essayé de me détaché de ces moments de doutes, de ces fins de cycle compliquées où on cherche les moindres signes étranges. Vivre normalement en oubliant mon corps (pas simple quand il vous raconte tout de l’intérieur !)

Comme vous le savez, j’ai finalement réussi et un petit alien est apparu dans mon ventre. Il nous a fallu 9 mois d’essai. Pas si long finalement à 34 et 35 ans pour nous ! Comme quoi, des fois…  😉

°micrologosignatureposteRetrouvez moi sur Hellocoton, Facebook et Instagram °

4 comments

  1. Bonjour. C’est chouette de partager ton expérience :-) pareil pour moi arrêt de la pilule après discussion avec le papa. Et 9 mois plus tard début de l’aventure !!
    Par contre l’arrêt de la pilule à été génial pour moi!!

    • Héhé super et félicitation pour toi aussi!!
      Tu as de la chance pour l’arrêt de la pilule, moi ça m’a tellement traumatisé que je me demande ce que je vais choisir comme contraception après cette grossesse, car vraiment pas envie de la reprendre!

  2. On decouvre son corps, c »est chouette….ou pas. Moi pillule durant 11ans et 2cycles apres arret, hop ca y etait… Trop rapide car gygy avait aussi dit « du temps » car cycles irreguliers et longs comme toi. 2 enfants plus tard, mon corps ne supporte plus les pillules… a + belle journee et bonnes decouvertes. Vive les aliens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *